YIP/JUMP FILMS

Nouveau court-métrage : « Une Comédie romantique » disponible sur We Love Good Sex !

Le court-métrage que j’ai tourné début mai est enfin terminé. Pour le moment, il ne sera visible que sur le site We Love Good Sex créé par la super cool Lucie Blush (ancienne webdesigner chez Erika Lust, passionnée par le porno féministe qui vient de commencer à réaliser des courts-métrages pornographiques). Oui, j’ai décidé de lui donner « l’exclusivité » parce que j’apprécie beaucoup son site et son travail. Une Comédie romantique est toujours invisible sur YouTube (enfin, il est qu’en lien privé, quoi). Lucie en a profité pour me poser quelques questions sur le film et elle a rédigé un petit article qui vous donnera plus d’informations sur ce que j’ai fait.

Evidemment, il s’agit d’un court-métrage qui ne plaira pas à tout le monde. Encore une fois. Et je ne vous demande pas d’aimer ce court-métrage, mais je pense que je vais vous sortir la même phrase qu’à balancé Harmony Korine lors de l’avant-première parisienne de Spring Breakers : gardez l’esprit ouvert.

Pour visionner le court-métrage, il vous suffit de cliquer sur la jolie Lucie Blush, ci-dessous :

blush

Pour ce court-métrage, je dois remercier pas mal de personnes : les courageux Bastien Legros et Joachim Trogolo. L’équipe technique qui était formée par Matthias Ferron, Daniel Heitz, Fabrice Sérapion, Louise Huriet, Stéphane Nuss, Lesley Khednah et Adèle Masson. Adrien Bonneau de la Beuleup Prod pour le matos et l’aide à la création des sous-titres anglais du film. DRA’man pour m’avoir autorisé à utiliser sa musique. Et pour les coups de mains : Aurore Valojitch, Cécile Mourier et Grégory Kempenich. Et évidemment, Lucie Blush, pour la correction des sous-titres anglais et surtout pour son soutien.

La première projection publique aura lieue le 11 septembre au bar Cantada II à Paris à l’occasion de la 53ème édition des Soirées Disturb. Pour cela, merci à Eddy Duvinage, Julie Chaux et Mathieu Berthon !

L’article de Lucie Blush sur We Love Good Sex est en anglais, donc voici une traduction française pour les non-anglophones :

La dernière fois que je vais ai parlé de Rock Brenner, je vous avais montré son dernier clip, Mescaline IV. Vous pouviez déjà remarquer son style sombre et sensuel. Aujourd’hui, je suis heureuse de vous annoncer que vous pouvez découvrir son nouveau court-métrage en exclusivité ici sur We Love Good Sex !

Il y a quelque chose que vous devez savoir à propos de ce film. Ce n’est pas du porno, ni du romantique, alors c’est quoi ? Eh bien, un mix de quelques bons ingrédients : c’est bien écrit, c’est drôle, sexy, gore et prenant à la fois !

Ça commence très bien. Deux beaux mecs sont assis sur un canapé après avoir passé une soirée ensemble. C’est un peu gênant et le mec de gauche tente de faire la conversation jusqu’à ce qu’il mentionne le fait qu’il se ferait bien sucer. Et là, tout prend une autre tournure. Je ne veux pas vous spoiler le film et vous gâcher le plaisir, alors vous allez devoir le regarder ! Mais croyez-moi, c’est INATTENDU. 

Ce qui suit contient des SPOILERS.

Une demande honnête

Puisque que Rock et moi sommes en contact depuis un petit moment, j’ai pris l’initiative de lui poser quelques questions à propos de ce nouveau projet, comme sur ce qui l’a inspiré. 

Il a expliqué qu’un ami lui avait raconté qu’il avait demandé une fellation à une fille lors d’un premier rendez-vous, et elle aurait simplement accepté. Cette honnêteté entre deux personnes qui se connaissent à peine a incité Rock à démarrer son film avec la même spontanéité. Il a ajouté qu’il n’aurait jamais le courage de demander une pipe à une fille lors du premier rencard, mais ne t’en fais pas, Rock, ça viendra ! 

Une comédie romantique ?

Ce qui est marrant, c’est qu’au lieu d’arrêter son film à la fin de cette jolie et romantique séquence, il l’a mixée avec une autre histoire pas très romantique. Vous voyez, il y a ce mec, à Rothenburg, qui a publié une annonce sur internet pour trouver quelqu’un qui serait prêt à être « mangé ». Littéralement. Les deux hommes se sont rencontrés, l’un a découpé le pénis de l’autre, ils l’ont cuisiné et mangé ensemble. 

Ce type de suicide et de déviance sexuelle est, comme il l’explique, trop rarement abordé au cinéma. 

Alors, il s’agit plus d’un romantisme à la Victor Hugo qu’à la Love Actually… Le court-métrage a été influencé par les premiers films de John Waters et les courts-métrages de Richard Kern qui n’hésitaient pas à montrer des déviances sexuelles à l’écran. 

Deux hommes lors d’un rencard

D’abord, Rock avait imaginé le film avec un mec (Bastien Legros, le mec à gauche) et une fille, mais après avoir eu des difficultés pour trouver une comédienne, le réalisateur a décidé de réécrire le scénario et pensa à Joachim Trogolo pour le second rôle. Au final, que les deux personnages soient des hommes ou des femmes, on s’en fout ! 

Il a ajouté que Legros avait un petit air de Ryan Gosling et l’idée de voir Gosling se faire arracher le gland paraissait géniale – t’en fais pas, Ryan, on t’aime quand même ! 

Sur le tournage

Bien sûr, il fallait que je lui demande comment s’est passé le tournage. J’aime le fait que Rock commence la réalisation tout comme moi, alors je peux comprendre toute l’angoisse d’un tournage. 

Il a dit qu’il avait peur que tout se passe mal – parce que, avouons-le, la plupart du temps tout se passe mal, surtout sur un tournage – et que le monde finisse par exploser. Cela dit, tout s’est bien passé, sauf lorsque tout le monde (et surtout Rock) se mettait à exploser de rire lors de la réplique sur le tatouage de la carpe-dragon, qui était totalement improvisée.

Bon, j’espère que ça vous a plu et que vous ne serez pas trop traumatisé la prochaine fois que vous ferez ou qu’on vous fera une pipe ! 

Lucie Blush pour We Love Good Sex.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *