YIP/JUMP FILMS

Julien Bartoletti à propos d’une photographie sur Alternatives Pop

Julien Bartoletti à propos d’une photographie sur Alternatives Pop, août 2012.

Photo mordante : La horde gay célébrant sa victoire

csc_1840

L’appel à la prière de Mgr André Vingt-Trois contre le mariage gay donne des envies de pousser le raisonnement de l’Eglise jusqu’à l’absurde et à la caricature.

Pour ce faire, il suffit de s’attarder un peu sur le cliché du jeune photographe Rock Brenner qui a involontairement réussi à tirer l’un des portraits allégorique les plus mordants du débat actuel.

Ce garçon de 23 ans aime travailler autour de la pluralité de notre société, à travers des photographies tirées du quotidien, de la rue ou de divers festivals.

En l’occurrence, ce cliché a été pris lors de la Gay Pride et montre des manifestants LGBT (et hétéros) qui chahutent et pogotent telle une horde barbare en train de célébrer sa victoire. A juste titre, puisqu’aujourd’hui, même si la loi n’est pas encore votée, la bataille du mariage gay semble acquise avec 65% des français qui en approuvent l’idée.

Il y’a quelque chose de cocasse dans cette vision photographiée de la horde gay « barbare » car elle ressemble aux craintes à peine caricaturées de l’Eglise et des conservateurs qui, depuis longtemps, associent l’homosexualité au déclin de notre civilisation.

Les origines d’une telle phobie sont en grande partie, liées aux thèses d’Edward Gibbon tirées de son ouvrage Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain qui sont restées ancrées dans un certain inconscient collectif.  L’Empire romain (qui aujourd’hui encore symbolise la civilisation face à la barbarie), aurait été envahi par les hordes barbares parce qu’il serait auparavant tombé dans la décadence et l’effémination…

Malgré les travaux d’historiens ayant démontré la complexité des raisons du déclin de l’Empire romain, ce fantasme clairement homophobe sur l’effémination de Rome a la vie dure et est transposé aujourd’hui encore à notre société. Ainsi, Eric Zemmour avec son ouvrage Le Premier Sexe, Christine Boutin dans ses discours etc.

Avec ce genre de radicalisme chez les opposants au mariage gay (devenus heureusement minoritaires), on pourrait déduire que le fossé est énorme avec les gays.

Mais la photographie révèle une antithèse avec, au centre de l’image, un crucifix, maintenu et brandi avec conviction par l’un des jeunes « barbare».

Ce crucifix, qui symbolise notamment la tradition, peut être vu comme un rappel du fait que ce que réclament les LGBT, ce n’est pas la subversion de notre société, mais simplement le fait d’être acceptés au sein de valeurs traditionnelles notamment à travers le droit au mariage et à la fondation d’une famille (valeurs fondamentales de l’Eglise !).

C’est bien pour cela qu’au sein même de la communauté chrétienne il existe désormais des désaccords par rapport au message officiel de l’Eglise. La position de l’association de chrétiens homosexuels David et Jonathan, en est l’un des exemples.

En s’opposant au mariage gay, l’Eglise relègue au rang de fidèles de seconde zone ses croyants homosexuels. Absurde.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *